Éducation française pour la petite Ying-Ying - Partie 1

Mis à jour : janv. 31

Je m’appelle Ying Ying . Je suis chinoise, je viens d’une petite ville dans l’Est du pays et j’ai dix huit ans. J’arrive en France pour la première fois. Pour être tout à fait honnête, c’est la première fois que je quitte ma ville, mon pays et que je pars pour un pays étranger. Ma cousine m’a dit que je pourrai y trouver du travail facilement. Mais plus intéressant, il parait que les hommes occidentaux sont très entreprenants et… très bons au lit. Je l’avais entendu dire par mes amies. J’ai toujours trouvé cela excitant. D’ailleurs, ce sont les acteurs français qui me font vibrer…

Je suis chez ma cousine depuis quelques jours. C’est un tout petit appartement dans le 13ème arrondissement. Beaucoup moins joli que ce que je m’imaginais… Des grands immeubles et tours, comme en Chine, beaucoup de chinois… je suis déçue…

Ma cousine n’a pas beaucoup de temps à me consacrer, elle travaille beaucoup et j’ai l’appartement pour moi toute seule.

Je n’ai pas grand chose à faire pour l’instant. Je regarde la télé, j’essaie de comprendre ce que les gens racontent. Je parle encore mal français.

Je sors pour faire les courses. Mais c’est tout. Je n’ose pas aller plus loin.

Puis je décide de me lancer. Je décide de m’éloigner un peu du quartier. Je vais visiter Notre dame et Saint Michel. J’ai toujours voulu prendre un café en terrasse « à la parisienne ». Je me ferai un selfie et mes copines seront jalouses. Je prends le temps de choisir ma garde robe. Que je m’habille élégamment « comme une parisienne », je choisis un petit chemisier à col Claudine et une jupe un peu courte (plus courte que ce que je porterai en Chine, mais je suis en Europe, je peux m’habiller plus « sexy »). Je décide de prendre le métro. C’est la première fois que je le prends car ma cousine était venue me chercher à l’aéroport. J’arrive à la station mais je ne comprends rien : ni le plan, ni comment prendre les tickets. J’essaie de demander aux gens, mais ils sont tous pressés et désagréables. Mais tout est tellement nouveau pour moi, que je me suis vite perdue.

Puis arrive un homme, la quarantaine je dirai (je ne sais pas jauger l’âge d’un homme occidental). Il me regarde… depuis longtemps? Je ne sais pas. En tout cas, il a un grand sourire. Il est très charmant. Mais il me regarde fixement… Comme si j’étais toute nue… C’est très étrange… mais très troublant. Il me demande s’il peut m’aider et où je désire aller. Il m’explique ensuite comme cela marche. Quelles lignes prendre, où m’arrêter. Il est très gentil. Nous avons voulu pointer du doigt le plan du métro en même temps et nos mains se sont touchées. J’ai été choquée sur le moment… Jamais un homme (hors ma famille) ne m’avait jamais touchée… Cela me fait quelque chose dans le bas ventre… nouveau mais j’aime bien…

Finalement, je n’ai pas très envie de visiter Saint Michel… j’ai changé d’avis, un peu trop nouveau pour moi, et j’ai trop d’émotions d’un coup… il continue à me regarder et à me sourire…

Je ne peux pas m’empêcher de le regarder aussi. Comme hypnotisée…

Il me demande si j’ai du temps libre pour aller prendre un café. Je lui dis oui. il m’emmène Place d’Italie dans un petit bistrot, me commande un café. Il me pose des questions sur moi, ma visite à Paris. Je lui raconte ma vie, somme toute banale, mais il écoute et a l’air très intéressé. Il me regarde toujours avec passion. Je suis tellement troublée que je fais diversion en lui proposant de lui montrer des photos de ma province, de mes amies. Sauf que… sauf que… en faisant défiler les photos, apparait une photo de moi en maillot de bain, j’étais à la piscine. J’étais honteuse. Il sourit encore plus et me dit que je suis « magnifique » (j’ai dû regarder sur google traduction pour comprendre ce que cela voulait dire), et cela m’a rendue encore plus nerveuse.

Il me demande mon numéro, si je veux que l’on se revoit… je lui dis que oui. Il me propose de me raccompagner. J’hésite… mais son regard est tellement craquant que j’acquiesce. Je sais que c’est imprudent, mais il me fascine.

En marchant avec lui, je sens son odeur. Une odeur de mâle. Et cela m’excite. Nos doigts se frôlent. Il prend l’initiative de me prendre la main, et j’accepte. Je ne peux pas dire non … je n’arrive pas à dire non.

Arrivés en bas de la tour, je ne sais pas quoi dire. Je regarde le sol. Il me prend les deux mains et les embrasse. Tellement français! Que faire … j’ai envie qu’il monte, et qu’il me prenne dans ses bras. Mais cela ne se fait pas… Quelle fille je ferai? Ce n’est ni correct, ni prudent. Un étranger, un occidental qui plus est! Mais son regard, ses lèvres sur mes mains, je voudrais qu’il me touche partout…

Comme s’il avait lu dans mon esprit, il me prend par la taille et m’embrasse sur les lèvres. Une chaleur s’empare de moi, du bas ventre et monte jusqu’à mes seins. Mes tétons pointent sur son torse. Je me débats. Il n’insiste pas. J’ouvre la porte de l’immeuble vite, il faut que je rentre en sécurité. Je suis, il est, nous sommes allés trop loin, trop vite.. Mais je ne sais pas pourquoi… J’attends qu’il vienne me rejoindre. et il ne se fait pas attendre. Nous prenons l’ascenseur. Il commence à frôler ma cuisse de sa main et remonter ma jupe. L’ascenseur prend son temps. C’est interminable mais si délicieux… je voudrais que cela ne s’arrête jamais. J’ai chaud, c’est comme si j’étais complètement ivre mais j’adore ça.

Une fois entré à l’appartement nous …

Posts récents

Voir tout